Les salaires du personnel des institutions de santé doivent être revalorisés immédiatement

Photo SSP

de: Communiqué SSP et SIT

Les syndicats SIT et le SSP exigent une revalorisation immédiate des salaires du personnel travaillant dans le secteur de la santé : deux classes supplémentaires doivent être octroyées immédiatement.

Aide-soignant-e-s, infirmier-e-s, ASSC, agent-e-s de nettoyage, physiothérapeutes, technicien-ne-s en radiologie, etc. : cela fait plus de 15 ans que le personnel des métiers des soins et d’entretien attend une revalorisation de ses salaires, et une vraie reconnaissance de l'évolution et de la complexification des métiers et des formations. Les salaires des métiers de soins et d’entretien ne sont actuellement pas à la hauteur de l’exigence de ces fonctions qui ont considérablement évolué. Prise en charge complexifiée, augmentation des délégations des compétences et des gestes, responsabilité accrue, évolution des technologies, formations plus exigeantes et pénibilités spécifiques à ces métiers ne sont pas pris en compte dans le système d’évaluation des fonctions actuel.Les métiers du secteur de la santé ont une importance structurelle.

Durant la crise sanitaire, ces professionnel-le-s ont été en première ligne, prenant des risques pour leur propre santé et celle de leurs proches et ils/elles ont fourni un effort remarquable pour prendre en charge les patient-e-s atteint-e-s de la Covid-19. Les salaires actuels ne reconnaissent pas l’importance de leur travail. De plus, le Conseil d’Etat genevois n’a même pas accordé de prime Covid en reconnaissance de ces efforts exceptionnels.

Il est temps d’accorder une juste reconnaissance des responsabilités, de la complexité et des pénibilités de ces métiers, majoritairement exercés par des femmes, par une revalorisation immédiate de leur rémunération.

Pour rappel, le 30 septembre 2020, le SIT et le SSP ont remis une pétition adressée au Conseil d’Etat munie d’un peu plus de 4500 signatures pour demander la revalorisation des salaires des métiers des soins et d’entretien à Genève.

La réponse du Conseil d’Etat par la voix du Magistat de tutelle Mauro Poggia à cette pétition, , indique que le projet SCORE de refonte de la grille salariale de l’Etat de Genève devait répondre à cette demande. SCORE ayant été abandonné, ce que les syndicats ont salué en raison de son manque intrinsèque de transparence, le Conseil d’Etat nous renvoie maintenant à des demandes sectorielles de réévaluation adressée au service d’évaluation des fonctions de l’OPE. Cette réponse est totalement insuffisante !

Vu le nombre de fonctions concernées, une telle démarche prendrait des années avant que toutes les professions puissent être réévaluées. Par exemple, aux HUG il y a 157 demandes de réévaluation de fonction pendantes.

De plus, le système actuel SEF ne prend pas en compte certains facteurs, telles que les compétences relationnelles ou de communication, ni les pénibilités liées aux horaires ou la charge émotionnelle propres aux métiers des soins et hospitaliers, par exemple. Le système SEF ne permettrait donc pas de réaliser une réévaluation juste de ces fonctions.

Si le Conseil d’Etat a initié le travail sur son nouveau projet de grille salariale G’Evolue, il est cependant impossible de prévoir le temps que cela va prendre pour que celui-ci aboutisse. Pour rappel, les travaux sur SCORE ont duré 10 ans avant que le projet soit abandonné…

Dès lors, les syndicats exigent que le Conseil d’Etat prenne des mesures immédiates pour revaloriser les salaires du personnel des métiers des soins, sans attendre la mise en place d’une refonte globale de la grille salariale de l’Etat prenant en compte les compétences et pénibilités particulières des métiers des soins et d’entretien, ainsi que les niveaux actuels de responsabilité et d’exigences dans les formations.