Grève de la fonction publique : acte 2. Préparons l’acte 3 !

Photo SSP

de: Communiqué SSP

Ce 29 octobre 2020, des milliers de fonctionnaires se sont à nouveau mobilisé.e.s contre les coupes salariales voulues par le gouvernement. Malgré les contraintes sanitaires qui auraient pu faire craindre le pire, cette mobilisation a réuni plus de 5'000 personnes.

« Elle témoigne de la détermination du personnel, malgré le fait que des centaines de collègues soient confiné-e-s ou en arrêt maladie du fait du Covid » explique Vincent Bircher membre du comité directeur du SSP. « Si le Conseil d’Etat ne bouge pas, nous continuerons à mobiliser pour sauver la fonction publique de ces attaques sans précédentes » précise-t-il.

Ce jeudi matin, de nombreuses assemblées du personnel se sont tenues sur les lieux de travail, notamment en vidéoconférence afin de respecter les mesures sanitaires et préserver la santé du personnel. Dans les secteurs de la santé, du social et de l’enseignement, les débats ont été nombreux et fournis. « Le personnel est en colère face aux mesures envisagées sur leur salaire » commente Vincent Bircher.

Le syndicat constate l’échec de la communication du gouvernement. Aux yeux des salariés « l’effort de solidarité » défendu par le Conseil d’Etat, n’est qu’un écran de fumée. En réalité, il s’agit de baisses des salaires de 6% à 9% en quatre ans. « L’ampleur de ces réductions dépassent largement les conséquences de la crise du covid » indique Vincent Bircher. « Elles ne visent rien d’autre que de faire payer le prix de la RFFA au personnel, c’est un véritable racket ». Près de 20'000 employé.e.s ont déjà calculé leur perte de salaire sur la calculette (www.combientuperds.ch). Le Conseil d’Etat doit cesser son discours mensonger sur la solidarité, qui nie l’engagement de la fonction publique dans cette crise, en particulier dans les secteurs du social et de la santé.

La deuxième vague augmente le taux d’absence dans de nombreuses institutions. Dans des services qui fonctionnent déjà à flux tendu depuis des années (SPAD, SPMI, HUG, FOJ, OMP, AGAPE, etc.), la crise covid pèse sur le moral des équipes. Le maintien des mesures d’économie du Conseil d’Etat fini d’achever l’engagement du personnel. Si le gouvernement ne change pas de position, c’est l’ensemble du système sanitaire et social qui risque l’implosion. Le Conseil d’Etat serait bien avisé de retirer immédiatement ces mesures et de reconnaitre sérieusement l’engagement de son personnel.

Vue l’ampleur de la mobilisation, le SSP invite l’ensemble du personnel à s’organiser sur les lieux de travail pour préparer les nécessaires journées de mobilisation et de grève durant le mois de novembre.