ASP - Transport des détenus : la fin du feuilleton ?

Photo Eric Roset

de: Interview Services Publics

La question de la ré-internalisation des tâches de convoyage et de transport des détenus aurait dû être réglée - après une longue bataille syndicale - par l’acceptation du projet de loi 11662 en février 2017 par le Grand Conseil. C’est bien mal connaître la mauvaise foi et les dérives du Conseil d’Etat genevois dans ce dossier.

Questions à Sabine Furrer, secrétaire au SSP Région Genève.

Le dossier de l’externalisation des tâches de convoyage et de transport des détenus aura connu beaucoup de rebondissements depuis 2015. Où en est le processus de ré-internalisation de ce service ?

Sabine Furrer – Le conseiller d’Etat en charge de la sécurité de l’époque, le PLR Pierre Maudet, aura échoué dans sa tentative d’externaliser ces tâches essentielles de sécurité effectuées par des assistants de sécurité publique (ASP). Je ne vais pas revenir sur les multiples mensonges et manœuvres, qui n’ont pas manqué dans ce dossier*, la dernière en date étant le refus du Conseil d’Etat d’appliquer la loi pourtant adoptée en février 2017. Il aura fallu un ultime vote du Grand Conseil, le 18 octobre dernier, pour enfin pouvoir aller de l’avant.

Quand la ré-internalisation sera-t-elle effective ?

L’entier des tâches de la Brigade de sécurité et des audiences (BSA) – anciennement Détachement de convoyage et de surveillance (DCS) – devra être effectué exclusivement par des ASP d’ici au 1er mars 2022.
Apparemment, rien n’a été anticipé, puisqu’aucun des 80 postes nécessaires à cela n’a encore été pourvu. Trente-cinq nouveaux postes devraient être budgétés pour 2020, le solde pour 2021. Il faut maintenant que des aspirants ASP soient formés: deux volées seraient prévues pour 2020 – l’une en avril, l’autre à l’automne.

A Genève, les luttes contre les externalisations se succèdent…

Les externalisations de pans du service public ou parapublic font partie des stratégies utilisées par les autorités politiques. L’objectif est de réaliser les économies qui permettent d’offrir des cadeaux fiscaux pour les riches et les grandes entreprises. Avec des effets désastreux à la clé: du côté des salarié-e-s, la sous-traitance favorise le dumping salarial et social ; du côté des usagers/-ères, elle entraîne une péjoration de la qualité des prestations. Nous devons donc continuer pied à pied notre lutte contre les externalisations, dans tous les secteurs du service public.

*Voir les communiqués de presse du SSP et les articles parus dans Services Publics sur notre site internet: https://geneve.ssp-vpod.ch/secteurs/asp

Cette News au format PDF