L’Ecole Internationale de Genève licencie un délégué syndical

Photo Eric Roset

de: Communiqué SSP - Unia

L’Ecole Internationale de Genève vient de licencier avec effet immédiat un délégué du personnel, membre de la commission paritaire. Cette attaque frontale fait suite à de précédentes violations de la CCT de la part de la direction. Le SSP et Unia réclament la réintégration immédiate du délégué syndical licencié, le respect de la CCT et une véritable protection de l’activité syndicale.

Début septembre, alors qu’Arthur* vient de terminer de donner son cours habituel, ses supérieurs entrent dans la salle de classe et lui signifient qu’il est licencié avec effet immédiat. Arthur doit rendre son matériel et est ensuite escorté jusqu’à l’extérieur du bâtiment. Il est sous le choc, ne comprend pas ce qui lui est reproché ni pourquoi il se fait virer sur le champ. En effet, personne auparavant ne lui a fait part des éléments qui lui sont soudainement reprochés. Aucun entretien préalable n’a eu lieu, aucune possibilité d’être entendu ne lui est donnée. Voilà les méthodes utilisées par la prestigieuse école privée genevoise pour se débarrasser d’un délégué du personnel parmi les plus actifs, employé de l’Ecole depuis sept ans.

Pourtant, la CCT de l’Ecole internationale, signée par les syndicats SSP et Unia depuis 1992, prévoit des procédures disciplinaires claires en cas de problème avec un employé. En aucun cas les motifs invoqués par l’Ecole, par ailleurs totalement contestés par Arthur et les syndicats, ne sauraient justifier un licenciement avec effet immédiat. La CCT a été crassement violée. Cela est d’autant plus grave qu’il s’agit d’un délégué syndical, membre de la commission paritaire. La direction attaque frontalement l’ensemble des employés de l’Ecole.

La direction avait déjà violé la CCT en 2015. A l’époque, elle avait décidé, de manière unilatérale, de ne pas verser l’annuité usuelle prévue par la grille salariale. Par la suite, la direction avait procédé à plusieurs licenciements, dont celui d’une représentante du personnel, en contournant les dispositions conventionnelles. Suite à ces épisodes, nous avions saisi à deux reprises la CRCT et l’Ecole s’était engagée à respecter scrupuleusement la CCT à l’avenir. Aujourd’hui, un pas supplémentaire à été franchi et l’ensemble du personnel est sous le choc.

Alors que le renouvellement de la CCT approche, l’Ecole a-t-elle souhaité éliminer un élément perturbateur qui aurait sans nul doute défendu avec détermination les conditions de travail de l’ensemble du personnel? Nous réclamons la réintégration immédiate de notre délégué syndical, le respect de la CCT et des protections pour l’activité syndicale renforcées, à l’Ecole internationale et partout ailleurs.

*prénom d’emprunt

Cette News au format PDF