Mais pourquoi donc sommes-nous en grève?

de: Cartel intersyndical

Pourquoi les soignant-e-s, enseignant-e-s, travailleuses et travailleurs sociaux, personnel administratif et technique, employé-e-s de l’Etat, de la police … sont encore une fois dans la rue ?

Parce que le Conseil d’Etat a élaboré, sans négociations, 6 projets qui ont un impact très important sur la fonction publique et le secteur subventionné (Soins à domicile, Hôpital cantonal, Université, EMS, Handicap, Hospice général, Aéroport…). Ce sont des projets qui péjorent nos conditions de travail et les conditions dans lesquelles sont assurées les prestations publiques. Ce sont donc des prestations réduites pour les bénéficiaires et c’est plus de fatigue, plus de stress, moins de salaire pour celles et ceux qui travaillent. Il est donc légitime que la fonction publique qui vous sert se fasse entendre, et qu'elle s'oppose au gaspillage de nos et de vos impôts.

Le projet de budget 2018 (PB18)

Nous tenons à alerter la population pour laquelle nous travaillons : une nouvelle fois le gouvernement méprise nos demandes pour améliorer les prestations en refusant les postes nécessaires (école inclusive, soins à domicile, urgences hospitalières, soutien aux familles et aux personnes démunies, transports, sécurité…) ; une nouvelle fois il coupe dans les moyens ; encore une fois il ne respecte pas la loi sur les traitements et ne nous verse pas ce qu’il nous doit (l’annuité). Les coupes budgétaires contraignent les institutions subventionnées à devoir externaliser des services et à modifier les salaires unilatéralement. Ainsi, par exemple, devant l’impossibilité pour l’aide à domicile d’assurer toutes les prestations demandées par le vieillissement de la population, faute de personnel suffisant, ce sera en fin de compte à la population toute entière de payer, à travers la hausse des cotisations maladie, le coût de la prise en charge hospitalière d’un maintien à domicile devenu impossible !

Plan financier quadriennal (PFQ 2018-2021)

Ce plan vise à obtenir, à moyen terme, l'équilibre des finances publiques pour les quatre prochaines années selon un ordre de priorités défini par le Conseil d’Etat : en tête de liste 44 millions soustraits au service public… après les 470 millions récurrents déjà rognés ces 4 dernières années ! Mais le Conseil d’Etat refuse, pour le moment, de nous dire quelles sont les coupes qu’il prévoit !

La caisse de pension (CPEG)

Le Conseil d’Etat cherche à passer en force son projet de loi qui prévoit une augmentation des cotisations du deuxième pilier et la baisse des rentes d’une caisse de retraite qui compte 69'000 personnes ! Il remet en cause les droits acquis et propose un montage financier inutilement coûteux pour les contribuables, alors que nous avons des propositions qui seront financièrement neutres pour l’Etat et créeront des logements abordables pour la population.

Cette News au format PDF